Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 1 - 2009 o

PHONIATRIE

Etude de la structure formantique des voyelles dans la parole bègue en vitesses d’élocution normale et rapide


Auteurs : Hirsch F, Monfrais-Pfauwadel M. C, Sock R, Vaxelaire B. (Strasbourg, Paris)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2009;130,1:17-22.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Objectif : étudier la structure formantique stable des voyelles [i, a, u] chez des locuteurs bègues, et de la comparer aux productions de locuteurs de contrôle et de sujets bègues ayant suivi une thérapie en vitesses d’élocution normale et rapide. Matériel et méthode : afin d’effectuer cette recherche, nous avons enregistré 15 locuteurs (5 sujets de contrôle, 5 sujets bègues et 5 sujets bègues ayant suivi une thérapie) qui avaient tous pour tâche de répéter des phrases contenant des séquences [CV] où [C] pouvait être [p, t, k] et [V], [i, a, u]. Chaque phrase a été répétée à dix reprises et dans deux vitesses d’élocution (normale et rapide). Résultats : les résultats indiquent que l’aire du triangle vocalique est plus réduite chez les locuteurs bègues par rapport aux deux autres groupes. L’augmentation de la vitesse d’élocution engendre un phénomène d’undershoot pour les sujets de contrôle et les personnes bègues ayant suivi une thérapie. En revanche, aucune modification du triangle vocalique n’a eu lieu pour les locuteurs bègues. Conclusion : les résultats obtenus pour les locuteurs bègues pourraient être interprétés comme un manque de flexibilité articulatoire, empêchant ces derniers de réaliser les gestes les plus adaptés à l’accélération de la vitesse d’élocution.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE