Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 5 - 2002 o

PHONIATRIE

Apport du traitement anti-viral injectable (Cidofovir) dans le traitement de la papillomatose laryngée.


Auteurs : B. Coulombeau, A. Nusa Naiman, P. Ceruse, P. Froehlich (Lyon)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2002;123,5:315-320.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : La papillomatose laryngée, due à des papovavirus A de type 6 et 11, est responsable de lésions dévastatrices dont résultent des situations cliniques difficiles (dysphonies importantes, dyspnées laryngées). La récidive des papillomes nécessite la répétition de séances endoscopiques avec utilisation du laser CO2, afin de maintenir libres les voies aériennes et d'éviter la diffusion des lésions. Chez les patients présentant une papillomatose agressive, cette répétition cause des lésions irréversibles très péjoratives pour le pronostic vocal. Dans ce contexte, le développement d'une chirurgie la moins invasive possible permettrait de limiter au minimum ces séquelles vocales. L'utilisation per-opératoire d'agents anti-viraux injectés directement au sein de la lésion a été entreprise afin de préserver au mieux la muqueuse et le muscle sains, et ainsi de contrôler précisément les lésions avec une iatrogénie moindre qu'avec le laser CO2. Vingt-six patients ont bénéficié d'un protocole de traitement endoscopique par Cidofovir depuis 1998. La rémission complète a été obtenue chez huit patients (31 %), en moyenne après deux à huit traitements endoscopiques. Dix-sept patients (65 %) ont présenté une rémission partielle et cliniquement significative. Ces résultats significatifs ont été obtenus tant chez les adultes que chez les enfants. L'association avec une excision lésionnelle a été nécessaire dans des papillomes obstructifs ou persistants. Le traitement par Cidofovir intra-lésionnel apparaît donc démontrer une grande efficacité dans le contrôle clinique de la papillomatose laryngée. L'excision chirurgicale associée aux injections de Cidofovir reste nécessaire dans les papillomatoses volumineuses ou persistantes. Ces résultats nous conduisent aujourd'hui à indiquer ce traitement en première intention dans la papillomatose laryngée de l'adulte et de l'enfant.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE