Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 4 - 2014 o

OTOLOGIE

Hernie de l’articulation temporo mandibulaire dans le conduit auditif externe : une série de 13 cas


Auteurs : Portmann D, Guindi S, Sribniak I, Arcaute Aizpuru F.

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2014;135,4:187-190.

Article publié en anglais
Document PDF en anglais



Résumé : La déhiscence symptomatique du mur antérieur du conduit auditif externe est rarement vue en chirurgie otologique. Objec-tifs : classifier la taille du défect du mur méatal antérieur et proposer une réponse techni­que pour sa reconstruction. Matériel et méthodes : étude rétrospec­tive de 13 cas symptomatiques de déhiscence du mur antérieur (9 hommes/4 femmes d’âge compris entre 30 et 66 ans) opérés entre 1998 et 2010. Les causes retrou­vées étaient 2 cas de cholestéatome, 3 cas d'otite chronique externe, un cas congénital, 5 cas apparus après une chirurgie princi­palemment pour exostose (3 d’entre eux ayant été opéré dans un autre centre) et 2 cas d'effraction accidentelle pendant le calibrage du conduit. La taille de la perte de substance était petite (4 mm de diamètre) dans 2 cas, moyenne (entre 4 et 8 mm) dans 8 cas et grande (> 8 mm) dans 3 cas. La recons­truction compre­nait de la poudre d’os et du fascia temporalis associé dans la plupart des cas à un greffon de corticale osseuse. Elle a été faite dans 7 cas par le conduit auditif et dans 6 cas une approche anté­rieu­re du mur antérieur du conduit auditif a été utilisée. Dans tous les cas, nous avons pu placer le greffon anté­rieu­rement et il a été fixé par la pression exercée par l’arti­cu­la­tion temporo-mandi­bu­laire. Résultats : le suivi post opératoire allait de 6 à 24 mois. Dans 10 cas le résultat anatomique était parfait (3 cas ont eu des problè­mes mineurs sans conséquences clini­ques). Dans les derniers cas nous avons trouvé une inflam­ma­tion persistante du conduit auditif, un cas de latéralisation de la membrane tympani­que et un cas qui a néces­si­té une réopération. Conclusion : nous avons adopté une approche et une recons­truc­tion selon la taille de la perte de subs­tan­ce (petite, moyenne et gran­de). Les complica­tions et les chirur­gies de révision ont été mini­mes.

Prix : 12.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE