Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 4 - 2006 o

PEDIATRIE

Lymphangiomes kystiques cervicaux chez l'enfant


Auteurs : H. Nouri, A. Raji, Y. Rochdi, Y. Elhattab, B. Ait M’barek (Marrakech)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2006;127,4:263-266.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Introduction : les lymphangiomes kystiques cervicaux sont des tumeurs bénignes rares, mais potentiellement graves par leurs caractères évolutifs et leur tendance disséquante. Nous nous proposons de préciser les particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques de ces tumeurs ainsi que leurs caractéristiques évolutives. Matériel et méthodes : les auteurs présentent une étude rétrospective à travers 8 cas de lymphangiomes kystiques cervicaux de l'enfant. Résultats : l'âge moyen des malades est de 7 ans, avec une discrète prédominance féminine. L'échographie est suffisante pour le diagnostic. Le scanner ou l'imagerie en résonance magnétique est faite dans la crainte d'une extension para pharyngée ou médiastinale. Tous les malades ont été opérés. Nous n'avons aucune séquelle neurologique post-opératoire ou récidive à 12 mois. Discussion : les lymphangiomes kystiques cervicaux ne posent guère de problème diagnostic ; toutes les aires ganglionnaires cervico-faciales peuvent en être le siège. Leur diagnostic est évoqué sur l’existence d’une masse cervicale mollasse. L’imagerie médicale permet d’évoquer le diagnostic, mais seule l’histologie affirme le diagnostic. La chirurgie est le traitement de choix. L'attitude actuelle s'oriente dans les formes kystiques vers l'usage d'injection de produits sclérosants en cas de récidive ou pour certains auteurs comme traitement de première intention.

Prix : 5.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE