Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 4 - 2006 o

RHINOLOGIE

Hémangiopéricytome sinusonasal : à propos d’un cas.


Auteurs : F. Facon, M. Sanjuan, J. Paris, Ch. Van Haverbeke, P. Dessi (Marseille)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2006;127,4:267-272.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Objectif : définir les caractéristiques cliniques, histologiques et radiologiques des hémangiopericytomes à localisation sinusonasale (HMPSN) et discuter la prise en charge thérapeutique. Matériel et méthode : nous rapportons un cas de HMPSN de la fosse nasale gauche chez un homme de 47 ans opéré par chirurgie endoscopique. Discussion : les hémangiopericytomes sont des tumeurs vasculaires à malignité réduite dont la localisation endonasale reste rare. Cette localisation ne partage pas le même pronostic que les formes périphériques ce qui explique la dénomination spécifique d’hémangiopericytome sinusonasal (HMPSN). Le diagnostic anatomopathologique est complexe et fait appel à l’immunohistochimique. Celle-ci est positive à la Vimentine et au SMA respectivement dans 98 % et 92 % des cas. Bien que sans spécificité, le bilan d’extension nécessite un scanner et une IRM. Dans les formes étendues, l’angiographie et l’embolisation peuvent s’avérer utiles afin d’apprécier la vascularisation et de limiter le saignement peropératoire. La prise en charge est avant tout chirurgicale et consiste en une exérèse jusqu’à l’obtention de limites saines. Celle-ci peut être réalisée par voie endoscopique en l’absence d’extension extranasale. La radiothérapie peut être associée en cas de limites incertaines. La surveillance reste avant tout clinique et doit être effectuée au long court, car si les métastases sont rares, les récidives sont plus fréquentes et se révèlent tardivement. La prise en charge de ces dernières est chirurgicale.

Prix : 5.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE