Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 4 - 2012 o

GLANDES SALIVAIRES

Diagnostic des tumeurs de la glande sous-maxillaire : comparaison du scanner et de léchographie


Auteurs : Uzomefuna V, Ohakim A, Pennycooke K, Sheahan P. (Dublin)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2012;133,4:201-205.

Article publié en anglais
Document PDF en anglais



Résumé : Objectifs : déterminer si le scanner est supérieur à lécho­graphie cervicale en fournissant des informations plus précises dans la recherche des tumeurs de la glande sous maxillaire. Matériel et méthodes : une étude rétrospective a été effectuée entre 2005 et 2010. Trente-cinq (35) patients qui se sont présen­tés avec une tuméfaction de la glande sous maxillaire ont eu une échographie ou une imagerie (scanner ou IRM) diagnos­ti­ques avant la chirurgie. L'examen histologique des tissus enle­vés lors de la chirurgie a déterminé la corrélation entre le diag­nos­tic radiologique et le diagnostic histologique. Résultats : le scanner a été employé dans l'évaluation pré-opératoire de 22 patients, dont 12 ont eu un diagnostic correct en comparai­son avec les résultats histologiques tandis que léchographie était employée dans l'évaluation pré-opératoire de 13 patients, dont 12 étaient en accord avec le diagnostic histologique. Quant à la capacité de détecter une lésion maligne, lécho­graphie a eu une sensibilité beaucoup plus élevée que le scan­ner et une spécificité comparable. Par conséquent, dans cette étude, les ultrasons ont fourni un meilleur guide dans l'évalua­tion radiologique pré-opératoire dune tuméfaction de la glande sous-maxillaire. Conclusion : notre évaluation de diagnostic pré-opératoire par le scanner et léchographie dune tuméfaction sous-maxillaire indique une meilleure appréciation de la nature de la lésion par léchographie.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE