Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 4 - 2002 o

NOTE TECHNIQUE

Un procédé important dans les ossiculoplasties : l'autoclavage des osselets.


Auteurs : M. C. Miman, O. Cura, T. Erdem, T. Kirazli, F. Öztop, O. Özturan, S. Öncel (Izmir)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2002;123,4:263-266.

Article publié en anglais
Document PDF en anglais



Résumé : Dans les ossiculoplasties, l'autoclavage des osselets a une importance capitale. D'une part, elle permet leur réutilisation peropératoire dans la reconstruction ossiculaire comme autogreffes dans les séquelles d'otites chroniques moyennes cholestéatomateuses. D'autre part, elle pourra permettre de continuer actuellement leur usage comme homogreffes, car d'après Steelmann le haut pouvoir désinfectant de cette stérilisation détruit les prions qui causent les encéphalopathies dégénérative comme la maladie de Creuzfeldt-Jacob. Comme mesures prophylactiques complémentaires, la sélection des donneurs exige des investigations cliniques et pathologiques minitieuses ainsi que des analyses sanguines. Ces homogreffes ossiculaires pourront-être récupérées des évidements pétromastoidiens, ou des os temporaux de cadavres. Des études histologiques faites par plusieurs auteurs sur des osselets autoclavés montrent que ce procédé de stérilisation n'a aucun effet néfaste sur la matrice osseuse qui est responsable de leur qualité biophysique. Par contre elle détruit tous les éléments cellulaires intra-osseux, en dénaturant complétement les quelques débris de tissus mous résiduels siégeant sur ces osselets. Les mêmes observations histologiques sont trouvées aussi dans deux autres études que nous avons réalisées en 1999 et 2001. Il sera préférable d'enlever les débris des tissus mous sur ces osselets avant autoclavage. Pour les autogreffes ossiculaires il suffira d'un flash d'autoclave de 5 minutes à 134°C sous la pression de 2,5 atmosphères. Par contre pour les homogreffes ossiculaires, la durée de cet autoclavage devrait-être 4 fois plus longue, environ (20 minutes). En plus, ces osselets seront mis après dans une solution de formaldéhyde de 4 % à pH 5,6 pendant 3 jours et leur stockage sera fait dans une solution de formaldéhyde de 0,5 % à pH 7 à 4°C au moins pendant 21 jours. Ce n'est qu'après les résultats de l'étude expérimentale immunologique que nous venons d'entreprendre récemment, que probablement la fixation complémentaire au formol ne sera pas nécessaire, et que ces osselets seront disponibles immédiatement après autoclavage.

Prix : 8.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE