Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 4 - 2010 o

OTONEUROLOGIE

Effets de la névrite vestibulaire sur le signal postural traité par ondelettes et analyse fractale


Auteurs : Lorin P, Manceau C, Foubert F. (Le Mans)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2010;131,4:235-241.

Article publié en anglais
Document PDF en anglais



Résumé : Objectif : qu’advient-il du contrôle postural à distance d’une neuro­nite vestibulaire (VN) ? Grâce à la posturographie dynami­que et au traitement du signal stabilométrique par analyse fractale et ondelettes, nous avons essayé ici de répondre à cette question en isolant les paramètres posturaux patho­lo­gi­ques de la VN. Maté­riel et méthode : un groupe de 15 patients (GP) atteints de VN a été comparé à un groupe de 15 témoins (GC). Ces deux groupes ont été successivement soumis à une vidéo­nystagmo­graphie (VNG), une posturographie dynamique (PDY) et une évaluation par échelles symptomatiques (ES). Résultats : le GP et le GC étaient comparables en moyenne d’âge, sexe ratio, poids et taille. Le GP différait du GC par les critères VNG qu’étaient le nystagmus spontané (NS) (p = 0.005), le Head Shaking Test (HST) (p = 0.001), le test vibra­toire osseux (TVO) (p = 0.009). Il différait aussi du GC par les scores symptomatiques au Verti­go Symptom Scale (VSS) (p = 0.011), Dizziness Handicap Inventory (DHI) (p = 0.001) et Short Form 36 (SF36) (p = 0.01). Tous les nouveaux paramètres stabilo­mètriques (84 par enregistrement) du GP différaient de ceux du GC. Cette différence était signifi­ca­tive (p < 0.05) dans 16 cas (19 %) et hautement significative (p < 0.01) dans 11 autres cas (13 %). Il est apparu que la condi­tion «plateau instable» était la plus discriminante des 2 groupes, les conditions «yeux fermés» et «HST» étaient peu ou pas discri­mi­­nantes. Conclusion : nous mon­trons ici que la VN est à l’ori­gine d’une perturbation des nouveaux paramètres stabilo­métriques. Ces paramètres sont plus adaptés que les anciens a l’analyse des caractéristiques non pério­diques de la posture et vont probablement prendre une place croissante dans le suivi et la rééducation de ces patients.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE