Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 1 - 2013 o

PHONIATRIE

Analyse acoustique des troubles articulatoires chez les patients atteints de paralysie faciale périphérique


Auteurs : Robert M, Mauclair J, Lannadere E, Tankéré F, Lamas G, Gatignol P. (Paris)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2013;134,1:3-11.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Introduction : l’étude des troubles articulatoires au cours des paralysies faciales est un élément important de prise en charge pour guider la rééducation. Matériel : le matériel utilisé pour l'enregistrement de la base de données est un enregistreur numérique Zoom H4N (format wav, fréquence d'échantillon­na­ge 44100Hz, Quantification sur 16 bits). Le microphone utilisé est un Shure Beta 58, super cardioïde. Tous les enregistrements sont effectués en chambre sourde. Méthodes : l'annotation du corpus est réalisée à l'aide du logiciel Praat et de son plug-in EasyAlign afin d'en réaliser l'alignement phonétique. Résultats : le High frequency Power Ratio (HPR) est un bon indicateur de la mise en mouvement des articulateurs puisque le nombre d’explosions des occlusives bilabiales est significativement corrélé à la motricité de la face et des lèvres, ainsi qu’au score obtenu au dynamomètre. Le VOT est significativement plus court chez les patients de grade IV et V-VI que chez les sujets témoins. Les résultats soulignent une variation significative de la valeur du F3 des voyelles /i/ et /y/,en fonction de la sévérité de l’atteinte. On constate même, pour les grades V-VI, qu’il n’y a qu’une centaine de Hertz de différence entre le F3 du /i/ et celui du /y/, ce qui signifie que ces deux voyelles deviennent impos­si­bles à discriminer. Conclusions : si ces troubles fonc­tionnels constituent bien une gêne pour les patients, on ne peut cependant pas parler de trouble articulatoire au sens strict, puisqu’il ne s’agit pas, d’après la définition de Borel Maisonny «d’erreurs constantes et systématiques». Il faut donc s’inté­res­ser plus spécifiquement à l’analyse acoustique de la parole afin de vérifier s’il existe des indices spectraux suscepti­bles de met­tre ces troubles en évidence.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE