Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 3 - 2010 o

OTONEUROLOGIE

De l弛tite barotraumatique à la méningite en direct


Auteurs : Vo-Tan D, Portmann D, Carrat X. (Ho Chi Minh, Bordeaux)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2010;131,3:229-232.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Objectifs : rapporter le cas d置n patient qui dans les suites d置ne otite barotraumatique a présenté une méningite fulmi­nante. Cas clinique : homme de 38 ans sportif qui a présenté une otite barotraumatique lors d置ne plongée en apnée. Malgré un traitement associant corticoïdes et vasoconstricteur nasal cette otite a persisté. Cinq semaines après lépisode initial le patient a reconsulté en urgence devant la survenue de cépha­lées intenses datant de quelques heures avec impression de malaise sans fièvre. Létat de conscience du patient s弾st alors dégradé rapidement pendant la conversation. Dans l弾space de 15 minutes, le patient a glissé d置n état stuporeux à un coma vigile. Hospitalisé en urgence en service de réanima­tion, le diagnostic de méningite à Streptococcus pneumoniae d弛rigine otogène a été porté. Le patient a guéri sans séquelle. Conclu­sion : un traitement inadéquat accompagné d置n facteur anato­mi­que favorable a facilité la diffusion du processus invasif bactérien de la caisse du tympan à travers la barrière osseuse jusquà la dure-mère. Une otite barotraumatique banale qui persiste peut provoquer des complications graves. Il ne faut pas oublier de prescrire un antibiotique à partir du grade III, c'est-à-dire quand il existe un épanchement rétrotympanique. Devant un trouble du comportement durant une otite, il faut penser toujours aux complications intracrâniennes et ne pas retarder le traitement anti-infectieux qui doit être instauré dés que possi­ble. Pour obtenir une guérison sans séquelle, il semble que l誕ntibiothérapie adaptée doit être mise en place dans un délai inférieur à 10 heures.

Prix : 8.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE