Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 3 - 2007 o

CHIRURGIE CERVICO-FACIALE

Kystes médio-cervicaux sus et sous-hyoïdiens ou anomalies hyo-glosses : à propos de 45 observations


Auteurs : Bekhar H, Verhulst J (Bordeaux)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2007;128,3:149-153.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Objectifs : préciser l’origine embryologique des kystes médians cervicaux sus et sous hyoïdiens après étude de 45 patients. Matériels et méthodes : 45 dossiers ont été analysés de manière rétrospective entre 1983 et 2004. Résultats : la population concerne 21 femmes et 24 hommes avec des âges allant de 3 à 71 ans (8 enfants âgés de moins de 10 ans). Le siège des lésions est sus-hyoïdien (12), sous-hyoïdien (27), pré-hyoïdien (2), basi-lingual (4 ). Un kyste a été une découverte fortuite lors d’une chirurgie laryngée. Ces patients ont tous été opérés par voie externe avec exérèse de l’os hyoïde dans 40 cas. L’examen histologique a permis d’isoler 18 kystes associés à des vésicules thyroïdiennes, 24 kystes avec remaniements granulomateux, 1 kyste mucoïde, 1 kyste épidermique et 1 thyroïde ectopique. Quatre observations sont détaillées plus précisément. Conclusion : malgré la forte proportion de kystes du tractus thyréoglosse il existe d’autre types de kystes évoquant une dysraphie médiane. Plutôt que de parler d'anomalies thyroglosses, les auteurs proposent de les appeler anomalies hyo-glosses car ces lésions sont toujours développées au dépens de l'os hyoïde. La situation de la glande thyroïde doit toujours être repérée avant toute exérèse chirurgicale, cliniquement, par échographie ou par scintigraphie. La technique chirurgicale doit enlever l'os hyoïde en monobloc en remontant jusqu'au contact de la base de langue.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE