Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 2 - 2004 o

RHINOLOGIE

Mucormycose - Diagnostic précoce et traitement


Auteurs : N. Guevara, D. Roy, C. Dutruc-Rosset, J. Santini, P. Hofman, L. Castillo (Nice)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2004;125,2:127-131.

Article publié en anglais
Document PDF en anglais



Résumé : Objectif : le but de notre étude a été d’effectuer une mise au point de cette pathologie à partir de neuf cas de mucormycose rhino-orbito-cérébrale pris en charge au Centre Hospitalier Universitaire de Nice. La confrontation aux données de la littérature nous a ensuite permis une meilleure analyse des facteurs cliniques, diagnostiques et pronostiques de cette maladie rare mais encore trop souvent mortelle Le rôle de l’examen extemporané dans le diagnostic précoce et l'utilisation de l'endoscopie nasale dans le diagnostic, dans le traitement et dans le suivi des patients ont été particulièrement évalués. Méthodes : les dossiers de 9 patients présentant le diagnostic de mucormycose durant la période de 1973 à 2001 ont été examinées. Résultats : le diagnostic précoce a été fait par l'examen endoscopique et l’examen extemporané chez 5 patients, plus tard confirmé par l'histologie. Le traitement a inclus l'amphotéricine parentale et/ou locale, l'oxygénothérapie hyperbare et le débridement chirurgical par voie endoscopique ou externe (avec ou sans exentération de l’orbite). La survie globale a été de 5/9 patients (55,6 %). Conclusion : l’examen extemporané permet un diagnostic précoce qui autorise la mise en route d’un traitement efficace comportant l’amphotéricine parentérale, le débridement chirurgical et le traitement des tares sous-jacentes. L'endoscopie nasale est utile dans le diagnostic, le debridement endoscopique et le suivi ultérieur des patients.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE