Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 4 - 2008 o

RHINOLOGIE

Brèche ostéo-méningée de l’étage antérieur chez l’enfant et l’adulte sur une période de 5 ans


Auteurs : Lescanne E, Bakhos D, Aesch B, Celebi Z, Maheut-Lourmiere J, Cottier J.-P, Morinière S. (Tours)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2008;129,4:227-232.

Article publié en anglais
Document PDF en anglais



Résumé : Introduction : les brèches de l’étage antérieur de la base du crâne peuvent être acquises ou congénitales. Nous avons évalué les résultats de la prise en charge multidisciplinaire de ces défects ostéo-méningés puis nous les avons comparés aux données de la littérature. Matériel et méthode : il s’agit d’une étude rétrospective de patients traités chirurgicalement pour une brèche de l’étage antérieure de la base du crâne entre 2000 et 2005. Dans 4 cas, il s’agissait de brèches spontanées et dans 8 cas elles étaient post traumatiques ou iatrogènes. La tomodensitométrie (TDM) et l’imagerie par résonance magnétique (IRM), couplées parfois à une cisternographie, ont permis le diagnostic topographique de ces brèches ostéo-méningées. Elles ont été traitées par voie endonasale endoscopique à l’exception des localisations au sinus frontal. Résutats : à l’exception de 2 patients, la TDM et l’IRM ont permis d’identifier la brèche de l’étage antérieur. Dans un cas, la cisterno-IMR a révélé la brèche et dans l’autre cas c’est la cisterno-TDM qui a permis d’identifier le défect méningé au niveau du toit de l’ethmoïde. Après un suivi minimum de 16 mois (moyenne de 26 mois), le taux de succès primaire de colmatage des brèches était de 83 %. Deux adultes ont nécessité une seconde intervention. Dans un cas, la brèche a pu être identifiée et comatée, permettant d’obtenir un taux de fermeture des brèches de 92 %. Malgré une seconde intervention, l’autre patient a présenté une récidive de la rhinorrhée cérébro-spinale, il s’agissait d’une femme avec une hydrocéphalie et un index de masse corporelle > 30. L’imagerie post-opératoire (TDM et IRM) a montré un comblement de la brèche pour les 11 patients guéris. Conclusion : les techniques d’imagerie avec la TDM et l’IRM, couplées ou non à la cisternographie sont utilisées pour le diagnostic topographique des brèches de l’étage antérieur de la base du crâne. L’approche par voie endonasale endoscopique des méningocèles et méningo-encéphalocèles est une technique efficace pour traiter ces brèches. La voie externe est réservée aux brèches localisées au toit du sinus frontal.

Prix : 10.00 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE