Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 3 - 2014 o

CANCEROLOGIE

Technique du ganglion sentinelle dans les mélanomes de la tête et du cou


Auteurs : Penicaud M, Cammilleri S, Giorgi R, Grob JJ, Taïeb D, Giovanni A, Dessi P, Fakhry N. (Marseille)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2014;135,3:115-120.

Article publié en anglais
Document PDF en anglais



Résumé : Introduction: le but de notre étude était d’analyser une série de patients issus de notre institution et qui ont bénéficié d’une chirurgie d’exérèse de mélanome malin cutané de la tête ou du cou avec une indication de recherche de ganglion senti­nelle (SLNB). Matériel et méthode: nous avons analysé la cohorte de 120 patients porteurs d’un mélanome de la région tête et cou avec recherche de ganglion sentinelle dans notre service entre 2002 et 2011. Résultats : parmi les 107 patients (89,2 %) qui ont eu un repérage significatif d’un ganglion sen­ti­nelle pendant la lymphoscintigraphie, 96 patients (90,6 %) ont eu au moins un ganglion prélevé et analysé. 9,4 % des patients avaient une micro­métastase ou métastase retrouvée lors de l’ana­lyse anatomo­pathologique. Nos résultats montrent un pour­centage d’absence d’identification en lymphoscintigraphie (11,7 %) plus important que pour d’autres localisations de mélanomes malins cutanés, un plus faible pourcentage de ganglions sentinelles atteints en anatomopathologie et un taux de faux négatif dans la recherche du ganglion sentinelle plus important par rapport à ce qui est déjà établi dans la littéra­ture. La survie sans récidive dans le groupe sentinelle positif était de 53 % contre 75 % dans le groupe de sentinelle négative après 2 ans de suivi et 53 % contre 48 % après 5 ans (p = 0,44) (suivi moyen de 38,1 mois). Conclusion : la complexité du drainage lymphatique et de l’anatomie de la région cervicale est probablement un des élé­ments expliquant la valeur prédic­tive plus faible de la technique du ganglion sentinelle dans les mélanomes malins cutanés de la tête et du cou, par rapport aux autres localisations.

Prix : 15.00 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE