Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 1 - 2012 o

PHONIATRIE

Influence du contexte phonétique dans la manifestation dysphonique : apport des nouvelles méthodologies pour l’analyse de la voix pathologique


Auteurs : Revis J, Galant C, Fredouille C, Ghio A, Giovanni A. (Marseille)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2012;133,1:33-40.

Article publié en anglais
Document PDF en anglais



Résumé : Largement étudiée sous l’angle perceptif, acoustique ou aérodynamique, la dysphonie n’en reste pas moins un phéno­mène de parole, étroitement lié à la composition phonétique du messa­ge que la voix véhicule. Dans cet article, nous présentons une série de trois travaux menés dans l’objectif de comprendre les implications phonétiques de la manifestation de la dyspho­nie. Notre première étude propose une nouvelle approche de l’analyse perceptive de la dysphonie, le phonetic labelling, dont le principe est d’écouter et d’évaluer chaque phonème d’une phrase séparé­ment. Cette étude confirme l’hypo­thèse de Laver [11] selon laquel­le la dysphonie n’est pas un bruit constant ajouté au signal de parole, mais un phénomène discontinu, intervenant sur certains phonèmes en fonction du contexte phonétique. Cepen­dant, la lourdeur d’exécution de la tâche nous a conduits à nous tourner vers les techniques de recon­nais­sance automatique du locuteur (RAL) afin d’auto­matiser la procédure. Grâce à la collaboration du LIA, nous avons déve­lop­pé un système de classification automatique de la dysphonie issu des techniques de la RAL. C’est l’objet de notre seconde étude. Les premiers résul­tats obtenus avec ce système suggèrent que les consonnes non-voisées montrent des performances pré­pondérantes dans la tâche de classification automatique de la dysphonie. Ce résultat est surprenant dans la mesure où l’on considère souvent que la dys­phonie n’intervient que sur la vibra­tion laryngée. Nous sommes donc partis à la recherche d’explications de ce phéno­mène et nous exposons nos hypo­thèses et expériences dans le troisième travail que nous présen­tons.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE