Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 5 - 2002 o

PHONIATRIE

Etude comparative des stratégies respiratoires entre les chanteurs lyriques professionnels et débutants.


Auteurs : A. Lassalle, M.-N. Grini, B. Amy de la Bretèque, M. Ouaknine, A. Giovanni (Marseille)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2002;123,5:279-290.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : L'apprentissage du chant lyrique nécessite de nombreuses années d'études. Il repose principalement sur la maîtrise des différents étages de l'appareil vocal : la soufflerie (les poumons), le vibrateur (les cordes vocales) et les résonateurs (cavité pharyngo-buccale). Dans cette étude, nous nous sommes intéressés essentiellement à l'utilisation du premier étage, c'est-à-dire le travail respiratoire. Lorsque l'activité sonore devient plus exigeante, la respiration devient plus soutenue et plus complexe et alors les difficultés surgissent. Les chanteurs vont résoudre ces difficultés différemment selon leur degré d'entraînement vocal et selon leur enseignement. Notre étude a comparé ces stratégies respiratoires chez des sujets sans antécédents vocaux, chanteuses professionnelles et des sujets sans antécédents vocaux, chanteuses débutantes (en premier cycle de conservatoire) lors d'une émission vocale chantée. Nous avons mesuré l'activité des muscles abdominaux grands droits, obliques externes et transverses à l'aide d'une étude électromyographique. Elle consistait à placer des électrodes de surface sur ces muscles et à enregistrer leur activité. Nous avons également étudié les déplacements de la cage thoracique à l'aide d'une étude cinématique : des ceintures à capteurs de pression, étaient placées au niveau de la zone sus-pubienne, de la zone ombilico-épigastrique et de la zone thoracique. Les expérimentations étaient réalisées en deux temps : les chanteuses exécutaient d'abord des vocalises sur [i] puis un air extrait d'un vaccaï. Les résultats obtenus ont été comparés entre les 7 chanteuses professionnelles et les 6 chanteuses débutantes. Ils ont permis de confirmer qualitativement l'existence de stratégies respiratoires différentes selon le degré d'entraînement vocal, déjà décrites dans la littérature : les chanteuses professionnelles inhibent l'activité de leurs muscles grands droits au moment de l'émission vocale chantée et utilisent principalement leurs muscles obliques externes et transverses, ce qui leur permet de garder la cage thoracique en ouverture et d'avoir un souffle expiratoire plus long. Les débutantes, au contraire, travaillent de façon intensive avec toute la portion abdominale, ce qui entraîne une fermeture de la cage thoracique. Leur gestion de l'air s'avère plus difficile, leur souffle expiratoire est raccourci. La suite de ce travail serait lors d'une étude à plus grande échelle de dégager les paramètres quantitatifs permettant de différencier de manière plus significative les stratégies des chanteuses professionnelles, de celles des débutantes.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE