Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 4 - 2015 o

OTONEUROLOGIE

Kystes épidermoïdes intracrâniens multiples : à propos d’un cas


Auteurs : Podeur P, Okhremchuk I, Morvan JB, Vatin L, Rivière D, de Faria A, Joubert C, Dagain A. (Toulon)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2015;136,4:159-162.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Le kyste épidermoïde est une tumeur bénigne, rare, d’évo­lu­tion lente. Nous décrivons le cas d’une patiente de 55 ans qui se présente à la consultation pour des névralgies atypiques du territoire V1 et du V2 gauches. L’IRM cérébrale retrouvait deux lésions en hyposignal sur les séquences pondérées T1 non rehaus­sées par l’injection de produit de contraste en hyper­signal T2 et en hyper signal en séquence de diffusion. Cette derniere caractéristique était en faveur d’un kyste épider­moïde, mais le caractère multiple des lésions cérébrales était en défaveur d’un tel diagnostic. Elles se localisaient en rétro orbitaire droit et dans le cavum de Meckel. La stratégie chirur­gicale a consisté en l’exérèse de la lésion rétro orbitaire la plus accessible. Le diagnostic de kyste épidermoïde fut retenu grâce à l’anatomopathologie. Vu que ces lésions avaient les mêmes caractéristiques à l’imagerie, nous avions conclu qu’elles étaient de même nature. Le deuxième kyste épidermoïde n’avait pas été extrait au vu des risques chirurgicaux, sa nature béni­gne et son faible potentiel évolutif.


Prix : 14.00 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE