Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 1 - 2010 o

CANCEROLOGIE

Corrélation TDM, IRM et anatomopathologique dans les cancers glottiques T1-T2


Auteurs : Bertrand M, Tollard E, François A, Bouchetetemble P, Marie JP, Dehesdin D, Choussy O. (Rouen)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2010;131,1:51-57.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Objectifs : le bilan des lésions glottiques nécessite un scanner et une endoscopie. L’étude des atteintes tumorales et notamment cartilagineuse, élément majeur de la décision thérapeutique, semble améliorée par l'imagerie par résonance magnétique. Notre but était de déterminer l'examen, scanner ou IRM, le plus performant pour le diagnostic de l'extension tumorale. Matériel et méthodes : une étude prospective réalisée entre octobre 2006 et mars 2008 a inclus 7 patients atteints d'un cancer glottique opérable (T1-T2 clinique). Les données des 2 examens d’imagerie étaient comparées aux résultats anatomopathologiques des pièces d’exérèse chirurgicale. Résultats : les 2 examens sont performants mais plus spécifiques (90 %) que sensibles (74 %). Les régions anatomiques difficiles à interpréter sont la commissure antérieure, les ventricules, la sous-glotte, les cartilages thyroïde et aryténoïdes. Conclusion : le scanner reste l’examen de référence. L’IRM est à réserver, en seconde intention. Cette complémentarité améliore les indications thérapeutiques qui sont curatives et conservatrices des fonctions laryngées.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE