Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 2 - 2011 o

OTONEUROLOGIE

Instabilité pseudo-ébrieuse : une nouvelle forme clinique de VPPB


Auteurs : Richard-Vitton Th, Viirre E. (Marignane, San Diego)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2011;132,2:75-80.

Article publié en anglais
Document PDF en anglais



Résumé : But de líétude : les VPPB représentent au moins 35 % des vertiges et peut-être beaucoup plus. Cette étude a pour but de proposer une nouvelle forme clinique de VPPB révélée par líuti­li­sation díune assistance mécanique au cours des manúuvres diagnostiques et thérapeutiques. Matériels et méthode : il síagit díune étude prospective qui concerne des malades sélectionnés au sein de 465 patients présentant des vertiges positionnels ou instabilités. Seuls sont inclus les patients instables qui présen­taient un nystagmus positionnel, mais pas de sensations erro­nées de déplacements dans líespace du corps ou des objets, ce qui représentait 152 cas. Le fauteuil TRV permet une mobili­sa­tion du patient, avec un contrôle permanent du nystagmus sous vidéonystagmoscopie (VNS), dans tous les plans canalaires. Trois jours après les manúuvres mécanisées, si le patient ne présente plus aucune instabilité il est considéré guéri. Sinon il est à nouveau traité ou un bilan audiovestibulaire et éventuel­le­ment une IRM sont réalisés. Résultats : cent neuf des 152 pa­tients présentaient une canalolithiase à faible expression clini­que. La répartition était inhabituelle et concernait dans 97 cas un canal latéral et dans 12 cas un canal postérieur. Líâge moyen était de 62 ans avec 1,6 séances mécanisées en moyenne pour obtenir la guérison. Conclusion : certains patients conser­vent une instabilité ou une sensation díébriété après la réali­sa­tion de manúuvres thérapeutiques. Sou­vent nommé syndrome otolithiques «post-manúuvre», il pour­­rait síagir díun simple VPPB à minima. Ce procédé permet díélargir le nombre de canalo­lithiases diagnostiquées, notam­ment dans les atteintes latérales a minima. Des symptômes peu marqués mais souvent chronicisés et invalidants sont ainsi mieux explorés et peuvent être traités efficacement.


Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE