Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 3 - 2013 o

RHINOLOGIE

Sinusites fongiques : à propos de deux cas de forme indolente de mycose habituellement invasive, place du traitement et prise en charge


Auteurs : Pénicaud M, Michel J, Belenotti P, Ranque S, Varoquaux A, Giovanni A, Dessi P. (Marseille)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2013;134,3:149-152.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Objectif : Contrairement aux sinusites d’origine aspergil­lai­re, les atteintes sinusiennes par mucormycoses sont fréquem­ment invasives et ont un fort potentiel létal. Nous rapportons deux cas de sinusite chronique unilatérale non compliquée avec un diagnostic de mucormycose confirmé par la mycologie ou l’anatomopathologie et discutons de la stratégie thérapeutique. Présentation : Cas 1) une patiente immunocompétente, présen­tant une sphénoidite chronique droite non compliquée, est opérée dans le service par voie endonasale sous vidéo endo­scopie. Le germe Rhizopus Oryzae est mis en évidence sur les prélèvements mycologiques chirurgicaux, faisant porter le diag­nos­tique de mucormycose. Devant le caractère strictement sinusien de l’atteinte, que ce soit clinique ou radiologique, et l’absence de confirmation anatomopathologique, une décision d’abstention thérapeutique médicale adjuvante est prise, sous couvert d’une surveillance clinique, mycologique et radio­logique étroite. Cas 2) une patiente porteuse d’une sinusite maxillaire chronique est opérée par voie endonasale dans le service sous vidéo endoscopie. L’analyse anatomopathologique retrouve des filaments en faveur d’une mucormycose sans emboles vasculaires. Devant l’absence d’immunodéficience et l’atteinte intra sinusienne pure, il est décidé en accord avec le centre de référence national de mycologie, de ne pas traiter médicalement. Conclusion : Un recul supérieur à 3 ans pour les deux cas tend à conforter cette décision collégiale.


Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE