Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 2 - 2014 o

PHONIATRIE

Prosodie et lecture : particularités temporelles et mélo­di­ques de l’enfant dyslexique en lecture et en narra­tion


Auteurs : Lalain M, Mendonca-Alves L, Espesser R, Ghio A, De Looze C, Reis C. (Aix-en-Provence)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2014;135,2:71-82.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Selon l’hypothèse phonologique, un déficit massif des habiletés phonologiques est à l’origine de la dyslexie. Ce déficit entraine des difficultés de conversions graphème / phonème en lecture et des difficultés de production de mots et de phrases. L’origine du déficit phonologique n’est que partiellement expliquée par les théories magnocellulaire, cérébelleuse et articulatoire. Des travaux récents ont exploré les liens entre dyslexie et prosodie, en particulier le rôle de la phonologie suprasegmentale dans le développement des représentations phonologiques à travers l’étude de la sensibilité et de la lecture prosodique. Cet article examine différents paramètres proso­diques, en lecture et en narration chez des enfants dyslexiques et normo lecteurs. La précision de lecture, l’automaticité, la fréquence et la durée des pauses silencieuses, la durée des unités interpausales (IPUs) et les variations instantanées de F0 ont été analysées. Les résultats montrent des capacités de décodage correctes chez tous les sujets mais un défaut d’auto­ma­tisation de cette procédure chez les dyslexiques. Les diffé­ren­ces de fréquence, durée des pauses et des IPUs, et de variations de F0 observées entre les groupes confirment le lien entre lecture prosodique et défaut d’automatisation. Les durées des pauses en narration, plus importantes chez les dyslexiques constituent une particularité temporelle de leur production. Cette caractéristique temporelle reflète le coût cognitif engendré par une tâche de génération de parole impliquant des processus de sélection lexicale, planification syntaxique et programmation articulatoire. Ce résultat est un premier pas vers la mise en évidence d’un déficit phonologique supraseg­men­­tal en langage oral qui pourrait constituer un marqueur précoce de difficultés ultérieures en lecture.


Prix : 12.00 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE