Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 2 - 2003 o

OTONEUROLOGIE

Vidéonystagmographie et test vibratoire dans le bilan diagnostique des schwannomes vestibulaires. A propos de 100 cas.


Auteurs : M. Négrevergne, S. Ribeiro, C. L. O. Moraes, R. Maunsell, G. Celis Morata, V. Darrouzet (Bordeaux)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2003;124,2:91-97.

Article publié en français
Document PDF en anglais



Résumé : Objectifs : évaluer le caractère discriminant et la sensibilité d'un examen VNG complet comprenant un test vibratoire en complément des potentiels évoqués auditifs (PEA) dans le diagnostic des schwannomes vestibulaires. Matériel et Méthode : étude prospective préopératoire chez 100 patients atteints de schwannomes vestibulaires connus. Les données cliniques propres à chaque patient, la taille de la tumeur, le résultat des potentiels évoqués auditifs (PEA) et des différents tests intégrés à une vidéonystagmographie (VNG) comprenant un test vibratoire ont fait l'objet d'un recueil séparé. Résultats : la sensibilité des PEA est de 95 % si l'absence de réponse est considérée comme une anomalie pouvant être d'origine rétrocochléaire. Le test vibratoire se révéle sensible et bien corrélé à l'épreuve rotatoire infraliminaire. Il induit un nystagmus révélé sur au moins un des points de stimulation dans 86 % des cas et sur deux points dans 70 % des cas. La sensibilité de la VNG est plus élevée lorsqu'on utilise comme critère d'une part un score déterminé par une association d'altérations morphologiques et d'autres part un contrôle de l'épreuve calorique par le test vibratoire. Aucun des 100 patients n'avait de bilan totalement normal en considérant les 5 épreuves de VNG et les PEA. Conclusion : le test vibratoire est rapide, d'exécution facile et n'est pas invasif. Il est performant pour contrôler la qualité des épreuves caloriques et potentialiser le filtre diagnostique des pathologies rétrocochléaires. Nous pouvons lui prédire un avenir clinique prometteur dans le dépistage des asymétries vestibulaires unilatérales.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE