Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 4 - 2012 o

GLANDES SALIVAIRES

Carcinomes muco-épidermoïdes des glandes salivaires : valeur pronostique de l’immuno-histochimie. À propos de 49 cas


Auteurs : Santini L, Coulibaly B, Gaudart J, Turner F, Michel J, Giovanni A, Dessi P, Fakhry N. (Marseille)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2012;133,4:183-187.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Introduction : les carcinomes muco-épidermoïdes sont les tumeurs malignes des glandes salivaires les plus fréquentes. Le pronostic est dominé par l’existence de formes de haut grade mettant en jeu le pronostic vital. L’objectif de notre étude était d’évaluer l’intérêt de l’immuno-histochimie pour cibler les formes les plus agressives et permettre une meilleur discrimina­tion entre les formes de bas grade, de grade intermédiaire et de haut grade. Matériel et méthodes : il s’agissait d’une étude rétros­pective portant sur 49 cas de carcinomes muco-épidermoïdes des glandes salivaires. Deux marqueurs immuno-histo­chimiques ont principalement été étudiés : un marqueur de prolifération (Ki-67) et un récepteur de facteurs de croissance (EGFR). Des analyses complémentaires ont été effectuées avec d’autres marqueurs (p53, ACE, bcl2, CD 117 et her2). L’analy­se statistique a recherché l’existence d’une corrélation entre la pré­sen­ce de ces facteurs et le grade histopathologique d’une part et la survie des patients d’autre part. Résultats : concer­nant les résul­tats des immunomarquages au Ki-67 et à l’EGFR, il a été obser­vé une meilleure survie lorsque le taux d’immuno­marquage était inférieur à 10 %. L’expression du Ki-67 et de l’EGFR était corrélée au grade histologique mais n’a pas permis, dans notre étude, de discrimination entre bas grade, grade intermédiaire et haut grade. Nos résultats vont dans le sens des données de la littérature, notamment pour le Ki-67 qui apparait comme un marqueur utile mais peu puissant du pronostic des CME. Il n’a pas été retrouvé de résultat contributif pour les autres marqueurs étudiés (p53, ACE, bcl2, CD 117 et her2). Conclusion : le pronostic des carcinomes muco-épidermoïdes est apprécié de façon satisfaisante grâce aux critères histologiques : le grade histologique, les marges d’exérèse, la présence d’engainements péri-nerveux ou d’embols vasculaires. L’intégration de l’immu­no­histochimie dans un algorithme thérapeutique pourrait être utile surtout pour la difficile appréciation du pronostic des grades intermédiaires.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE