Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 4 - 2014 o

RHINOLOGIE

Hamartomes adénomatoïdes épithéliales respiratoires et la fonction olfactive


Auteurs : Nagouas C, Bastier PL, De Gabory L.

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2014;135,4:191-195.

Article publié en anglais
Document PDF en anglais



Résumé : Introduction : les hamartomes épithéliaux respiratoires adénomatoïdes (HERA) sont observés seuls ou associés à des maladies aux processus physiopathologiques très différents. Notre hypothèse est que l’HERA est une réaction aspécifique du nez lorsque l'olfaction est altérée. Matériel et méthode : il s’agit d’une étude rétrospective incluant tous les patients porteurs d’HERA opéré dans un service ORL universitaire. L’ana­lyse des données a porté sur l’olfaction pré et post-opératoire, la consommation de cortiscostéroïdes, les résultats histologiques des polypes, l’évolution de la maladie permettant une compa­raison des HERA avec ou sans polypes et une com­pa­raison aux données de la littérature. Résultats : 28 patients ont été inclus : Dix neuf patients étaient associés à des polypes. Dix-neuf patients avaient une maladie inflammatoire diagnos­ti­quée en moyenne 9 ans avant l'identification et la chirurgie des HERA. La fonction olfactive a été améliorée après la chirurgie (p < 0,01). Le contenu cellulaire des polypes a montré une infil­tra­tion eosinophile chez uniquement 8 patients dont 6 étaient porteurs d'une maladie inflammatoire. L’infiltration lympho­plasmo­cytaire était présente chez 10 patients dont seule­ment 8 avaient une maladie inflammatoire. La consom­ma­tion de corticoïdes lo­caux a diminué après la chirurgie (p < 0,02). Après 34 ± 43 mois de suivi, aucun HERA n’a récidivé. Le taux de récidive des polypes était de 11 % (3 patients). Conclusion : dans une popu­la­tion d’HERA, l’évolution de la fonction olfactive, l’infiltration cellulaire et le taux de récidive des polypes ne sont pas corrélés avec l’existence d’une maladie inflammatoire sous-jacente. Par conséquent, la co-existence de la polypose nasale avec un hamar­­tome est probablement surestimée.


Prix : 12.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE