Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 2 - 2004 o

LARYNGOLOGIE

La papillomatose laryngée de l’adulte : actualités à propos de 4 cas


Auteurs : A. Lazrak, N. Nazih, A. Adib Filali, M. Kzdri (Rabat)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2004;125,2:107-112.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Connue pour être une des premières affections bénignes laryngées de l’enfant, la papillomatose de l’adulte reste globalement très rare. Objectif : rapporter notre expérience à propos de 4 cas. Matériel et méthode : 3 femmes et 1 homme âgés de 28 à 72 ans bien portants et sans antécédents de pathologie laryngée ou d’affection virale (personnelle ou familiale). Les symptômes révélateurs de cette affection n’ont rien de spécifique et le diagnostic de certitude est établi lors de la laryngoscopie directe qui assure aussi un geste thérapeutique adapté à l’extension des papillomes. Ce geste, souvent répété, conduit à des exérèses contrôlées sans l’aide de laser et/ou d’autres médications locales dans notre série. Résultats : nous avons constaté une association fréquente avec le reflux gastro-oesophagien (3 fois sur 4), ce qui a imposé un traitement médical adapté souvent reconduit en fonctions des données cliniques et endoscopiques. Nous n’avons pas relevé une efficacité des anti-viraux oraux classiques tels l’aciclovir ce qui a justifié des reprises d’épluchage chaque fois que l’évolution de la maladie l’a imposé. Nous n’avons observé aucun cas de transformation maligne sur une durée moyenne de suivi de 5 ans et demi. Conclusion : après une discussion du génie évolutif de la maladie, nous rapportons les développements récents en matière de traitement de cette affection avec l’introduction du cidofovir en injections intra-lésionnelles. Il semble prometteur, d’après l’ensemble des études publiées, malgré son coût élevé.

Prix : 5.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE