Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 3 - 2006 o

GLANDES SALIVAIRES

Les tumeurs primitives de la glande sous-maxillaire : à propos de 68 cas.


Auteurs : A. Oudidi, M. N. El Alami, M. Boulaich, N. Jazouli, M. Kzadri (Rabat)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2006;127,3:187-190.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : La pathologie tumorale de la glande sous-maxillaire est moins fréquente que celle de la parotide et pose autant de problèmes aussi bien diagnostiques que thérapeutiques. But : faire le point sur ce sujet à partir de notre expérience et des données de la littérature. Patients et méthodes : nous rapportons à travers une étude rétrospective, 68 cas de tumeurs de la glande sous maxillaire colligées dans le service ORL de Rabat entre 1986 et 2001. Cela concernait 37 tumeurs bénignes et 31 tumeurs malignes pour15 femmes et 33 hommes. Résultats : l’âge moyen des patients était de 46 ans. La tuméfaction sous mandibulaire a été le signe clinique partagé par tous les malades. La malignité était évoquée devant la douleur, l’adénopathie et l’atteinte cutanée, nerveuse et/ou osseuse. Le scanner a permis de mieux définir l’extension loco-régionale. Au point de vue fréquence, l’adénome pléïomorphe (n = 32) domine de loin les tumeurs bénignes (n = 37). Pour les lésions malignes (n = 31) les plus fréquentes sont : le carcinome adénoïde kystique (n = 10) le carcinome épidermoïde (n = 5), l’adénocarcinome (n = 5), le carcinome mucoépidermoïde (n = 3), le lymphome malin non Hodgkinien (n = 5). Le traitement a consisté pour les lésions bénignes en une résection totale de la glande. Pour les lésions malignes cette résection était associée selon l’extension au région de voisinnage et à un évidement si une adénopathie était palpable. Une radiothérapie a été associée 24 fois et une chimiothérapie 10 fois. Le recul va de 1,5 à 12 ans. Cinq patients sont décédés la 1ere année, 11 ont été perdu de vue et 45 sont vivants sans métastase. Conclusion : La malignité dans la pathologie tumorale de la glande sous maxillaire est plus fréquente que dans la parotide. Un retard diagnostic joint à un traitement initial inadéquat assombrissent son pronostic.

Prix : 8.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE