Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 5 - 2008 o

OTOLOGIE

Otomastoïdite tuberculeuse : intérêt de l’IRM dans le suivi thérapeutique


Auteurs : Moya Plana A, Malinvaud D, Mimoun M, Huart J, Bonfils P. (Paris)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2008;129,5:301-304.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Etat de la question : moins de 1 % des otites chroniques sont tuberculeuses. Le diagnostic est difficile et souvent retardé du fait de la rareté de cette pathologie, de la présentation clinique atypique et des examens de laboratoires difficiles. Ceci conduit souvent à un traitement tardif et à de complications auditives, faciales et méningo-encéphalitiques. L’examen TDM est souvent insuffisant pour une bonne appréciation des lésions et un suivi rigoureux sous traitement. Cas clinique : nous décrivons le premier cas de tuberculose otomastoïdienne suivie par IRM sur une longue période de deux ans. Le symptôme initial était une otorrhée chronique résistante aux traitements conventionnels et le diagnostic bactériologique a été tardif. L’examen TDM et l’IRM ont permis une description exacte des lésions et un suivi rigoureux sous traitement anti-tuberculeux. Sous traitement médical, l’IRM a montré une régression rapide des lésions dès le troisième mois tandis que l’aspect TDM était inchangé. La reminéralisation a été observée seulement après un an d’évolution sur le TDM. Le patient est indemne de lésion après 15 mois de traitement anti-tuberculeux. Conclusion : l’IRM a l’avantage par rapport au scanner de montrer les abcès mastoïdiens qui se superposent aux lésions osseuses vues sur le scanner. L’IRM est un examen important pour le diagnostic et surtout pour le suivi d’une otomastoïdite tuberculeuse. Il montre une amélioration sous traitement plus précoce que le scanner, permettant de mieux surveiller l’évolution sous traitement.

Prix : 5.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE