Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 4 - 2000 o

RHINOLOGIE

Rhinosinusites aiguës de l'adulte : enquête nationale sur les pratiques en médecine générale.


Auteurs : J. J. Pessey, C. Reitz, F. Los (Toulouse)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2000;121,4:237-241.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Entre le 17/1/2000 et le 31/3/2000, une enquête de pratiques a été réalisée chez 5000 médecins généralistes en France afin d'observer la prise en charge diagnostique et thérapeutique des patients présentant une rhinosinusite aiguë. Les médecins généralistes ont rempli 4611 questionnaires comportant une partie sur leur pratique habituelle et un cas/patient. Les médecins généralistes pensent que la rhinosinusite aiguë est fréquente en hiver et qu'il s'agit d'une pathologie susceptible d'entraîner des complications. Concordant avec la pratique déclarée, l'analyse des cas/patients montre que ceux-ci sont surtout des hommes, d'âge médian 37,6 ans, que la sinusite est surtout bilatérale (61,4 %), maxillaire (61,1 %), frontale (31,7 %), ethmoïdo-maxillaire (9,4 %) ou sphénoïdale (1,7 %). Un quart des patients a eu un examen complémentaire, le plus fréquemment une radiographie des sinus, et dans 14,4 % des cas une rhinoscopie antérieure. Chez les patients les plus âgés, en cas d'atteinte unilatérale et dans les sinusites sphénoïdales, les examens sont plus souvent pratiqués et le recours au spécialiste est plus fréquent (principalement l'ORL). Le traitement de première intention comporte en moyenne 3,2 spécialités : antibiotiques 98,5 %, vasoconstricteurs 55,5 %, anti-inflammatoires 55,5 % (dont corticoïdes (46,8 %) et AINS (8,7 %)) et fluidifiants (41,6 %). Au total, les médecins généralistes confirment leur attitude pragmatique dans le traitement de la rhinosinusite aiguë à partir d'un diagnostic fondé essentiellement sur la clinique.

Prix : 8.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE