Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer Telecharger
o Au sommaire de la Revue N° 1 - 1999 o

OROPHARYNX

Liposarcome de l'hypopharynx. A propos d'un cas avec revue de la littérature


Auteurs : P. Mouret (La Chaux de Fonds)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol 1999;120,1:39-42.

Article publié en français



Résumé : L'auteur rapport un nouveau cas de liposarcome bien différencié de l'hypopharynx. Les caractères cliniques et histologiques de ces tumeurs sont décrits à travers une revue de la littérature. Treize des 93 liposarcomes de la tête et du cou de la littérature sont situés dans l'hypopharynx. L'âge moyen d'apparition est de 61 ans et on note une large prédominance masculine. L'étiologie reste inconnue. Le volume tumoral ne semble pas affecter le pronostic. Le plus souvent les patients ne présentent pas de métastases ganglionnaires cervicales ni viscérales à distance. Le diagnostic histologique selon la classification d'Enzinger et Weis peut être difficile en particulier pour différencier le lipome du liposarcome bien différencié. Le facteur pronostique principal est le grade histologique mais un diagnostic précoce associé à une exérèse chirurgicale complète peut diminuer la fréquence des récidives locales et augmenter la survie. Les tumeurs de malignité réduite récidivent souvent localement, mais les métastases à distance sont rares. Des 8 tumeurs bien différenciées analysées, 6 ont récidivé localement 2 mois à 20 ans après chirurgie, mais seulement 1 patient est décédé en rémission. Les tumeurs de forte malignité sont beaucoup plus agressives localement et métastasient fréquemment. La radiothérapie et la chimiothérapie sont proposées dans des cas particuliers sans preuve de leur efficacité.


|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE