Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 5 - 2010 o

RHINOLOGIE

Hémangiopéricytome sinonasal


Auteurs : Hofmann V, Holzhausen HJ, Koesling S, Knipping S. (Berlin)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2010;131,4:313-315.

Article publié en anglais
Document PDF en anglais



Résumé : L’hémangiopericytome (HPC) est une entité rare qui con­cer­ne seulement 1 % des tumeurs vasculaires. Seulement 5 % des HPC sont localisés dans la cavité nasale ou les sinus para­nasaux. L’incidence exacte n’est pas connue ou publiée dans la littérature. Cas clinique : il s’agit d’une patiente de 76 ans qui a fait un accident vasculaire cérébral. Au scanner cérébral réa­li­sé une tumeur sinusale est visualisée. La patiente n’avait pas du tout de symptome sinusien mais un antécédent de poly­pec­tomie sinusale 20 ans auparavant dans un contexte d’anes­thésie locale. Le diagnostique posé à l’époque était «angio­fibro­me avec signes de prolifération». Après réalisation d’une nouvelle intervention sinusale, le diagnostic histo­patho­logique était d’abord «néoplasie avec formation cellulaire de fuseau». Des investigations immunohistologiques ont été effectuées qui mettaient en évidence une formation cellulaire mésenchymale. Ce résultat était en faveur le diagnostic d’HPC. La patiente a bénéficié d’un suivi régulier. Le contrôle endosco­pi­que et radio­­­logique avec scanner sinusien après deux ans a montré l’absence de récidive de tumeur locale. Conclusion : l’HPC de la cavité nasale ou des sinus sont rares. Le diagnostic histo­logique peut être difficile. La tumeur est caractérisée par des cellules et un réseau vasculaire marqués ainsi que par un réseau de fibres restreint. On note un nombre considérable de récidives. Face au risque de malignité et de métastases un suivi endoscopique et radiologique régulier est recommandé.

Prix : 8.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE