Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer Telecharger
o Au sommaire de la Revue N° 5 - 1999 o

GLANDES SALIVAIRES

Etude épidémiologique des tumeurs des glandes salivaires


Auteurs : C. Frade Gonzalez, A. Lozano Ramirez, T. Garcia Caballero, T. Labella Caballero (Santiago)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 1999;120,5:331-336.

Article publié en anglais



Résumé : Les tumeurs localisés dans les glandes salivaires forment le groupe le plus varié de toute la pathologie oncologique humaine. Ils présentent une série de particularités épidémiologiques, cliniques et évolutives, qui les différencient des autres tumeurs de la tête et le cou. Dans ce travail, nous réalisons une étude épidémiologique, en recueillant 80 cas diagnostiqué dans le service O.R.L. de la Clinique Universitaire de Santiago pendant 17 ans. L'incidence est de 1,22 cas pour 100.000 habitants/an, avec la plus grande fréquence chez les hommes (58,75 %) et dans la septième décade de la vie. Nous observons une prédominance de sexe féminin en dessous de 40 ans et de sexe masculin au-dessus de cet âge, sans que les différences soient significatives. Le lieu le plus fréquent a été la parotide, sans aucun cas dans la glande sublinguale. 52,5 % sont bénignes (le plus fréquent étant l'adénome pléomorphe). Pour les tumeurs malignes, le carcinome épidermoide prédomine. On note une prédominance des tumeurs bénignes chez les femmes et malignes chez les hommes, avec une différence significative. Nous comparons les résultats obtenus avec les séries publiées dans la littérature.


|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE