Retour accueil sommaires
2017
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2016
   N# 1 |
2015
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2014
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2013
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2012
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2011
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2010
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2009
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2008
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2007
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2006
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2005
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2004
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2003
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2002
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2001
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
2000
   N# | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1999
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1998
   N# 1 | 2 | 3 | 5 |
1997
   N# 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |
1996
   N# 4 | 5 |

Cliquez sur le numéro de la revue qui vous intéresse pour faire apparaître son sommaire
dossiers d'enseignement FMC redaction Pour publier... historique Presse & livres Mailing liste Tarifs d'abonnements
  Sommaires > Page précédente > Détail de l'article
imprimer commander
o Au sommaire de la Revue N° 2 - 2008 o

PHONIATRIE

Evaluation respiratoire clinique des patients présentant des fausses routes chroniques dans le cadre de troubles de la déglutition


Auteurs : Abbes S, Woisard V, Didier A. (Toulouse)

Ref. : Rev Laryngol Otol Rhinol. 2008;129,2:79-83.

Article publié en français
Document PDF en français



Résumé : Introduction : l’état respiratoire des patients présentant des inhalations chroniques dans le cadre de troubles de la déglutition, en dehors des épisodes de décompensation, est mal connu. Objectif de l’étude : déterminer si les fausses routes chroniques sont associées à des manifestations cliniques respiratoires chroniques. Matériel et méthodes : une étude prospective a été menée chez 76 patients dysphagiques ; les inhalateurs ont été identifiés par l’étude des fausses routes lors d’un examen vidéoradioscopique de la déglutition. Tous les patients ont répondu à un questionnaire caractérisant le handicap perçu lié à la dysphagie, sur le plan respiratoire et général. Un examen clinique centré sur l’appareil respiratoire a ensuite été pratiqué. Les résultats entre le groupe des inhalateurs et le groupe des non inhalateurs ont été comparés. Résultats : le handicap global et le handicap respiratoire lié à la dysphagie est supérieur chez les inhalateurs (p < 0.05). Les inhalateurs sont plus fréquemment symptomatiques (p < 0.05). Ils présentent plus de signes fonctionnels (p < 0.05) et plus de signes physiques (p < 0.05), et ont tendance à présenter plus d’infections respiratoires. Conclusion : dans le cadre des troubles de la déglutition, les patients identifiés comme des «inhalateurs chroniques» présentent fréquemment une pathologie respiratoire chronique handicapante, restant à décrire sur le plan para-clinique.

Prix : 10.50 €      commander
|


Abonnez-vous! Paiement sécurisé !


© Copyright 1999-2018 - Revue de Laryngologie   Réalisation - Hébergement ELIDEE